Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
» Les sorciers, mangeurs d'âme
par Akourani Mer 11 Fév 2015 - 9:03

» Qui êtes-vous ?
par Akourani Mer 11 Fév 2015 - 5:50

» La priere au quotidien
par Lawe Mer 2 Avr 2014 - 0:22

» QUE PENSEZ VOUS DE LA CONSTRUCTION DE TEMPLES EN OCCIDENT ?
par Lawe Ven 14 Mar 2014 - 10:08

» Relations amoureuses
par Lawe Lun 13 Jan 2014 - 0:28

» Rôles de l'homme et de la femme dans la société africaine
par Lawe Lun 13 Jan 2014 - 0:22


Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  Yèrèwolo le Dim 2 Jan 2011 - 22:03

Ce texte est de moi, il a d'abord été publié sur facebook ici

J’aimerais vous parler des raisons profondes qui font que les religions chrétiennes et musulmanes sont devenues aussi importantes en Afrique pour que nous puissions mieux recentrer le débat sur l’implantation de la spiritualité ancestrale. En effet, après avoir observé nos sociétés, j’ai pu tirer un certain nombre de conclusions.

Quelqu’un me disait un jour que la religion ne s’impose pas. En fait, ce n’est pas qu’elle ne s’impose pas, elle peut s’imposer, comme cela a souvent été le cas chez nous, mais pour cela il faut nécessairement qu’elle arrive à remplir certaines fonctions, car toute religion comporte une dimension fonctionnelle essentielle à sa survie. C’est à dire que toute religion remplit certaines fonctions sociales, et c’est à partir du moment où elle ne les remplit plus qu’elle tend à disparaître.


Je m’explique avec quelques exemples :

Fonction 1 : Force et Protection

Concernant la spiritualité africaine, vous entendrez souvent des gens dirent « Mais si les fétiches sont vrais, alors pourquoi nous n’avons pas battu les blancs ? ».

C’est parce qu’une des fonctions que la spiritualité africaine remplissait était de protéger le peuple. Donc à partir du moment où les arabes puis les occidentaux sont venus avec leur artillerie lourde et qu’ils nous ont battus, leurs religions ont impressionné le peuple, c’étaient les religions des forts. Comme disent les chrétiens, ils ont « l’éternel des armées ». Donc uniquement cela a invalidé notre spiritualité qui était celle des perdants, or personne ne veut perdre n’est ce pas ?

C’est aussi pour cette raison que dans la société mandingue, le Donsoya (confrérie des chasseurs éminemment spirituelle et défenseuse du Mandén contre les injustices depuis des milliers d’années), dont sont issus tous les grands chefs, dont Soundjata, n’est plus prise au sérieux par certains citadins qui disent qu’ils ne représentent rien à côté des armées nationales.

La spiritualité africaine a perdu sa « Force ».


Fonction 2 : Pauvreté et espérance

La religion est également liée à l’espérance du pauvre, la promesse de lendemains meilleurs. Ainsi, le christianisme est venu avec ses « Miracles ». Si vous remarquez bien, on sort toujours ça sur Jésus : ses fameux miracles. Les miracles chrétiens entretiennent l’espérance du prolétaire pour que celui-ci continue de faire le sale boulot pour le riche. Le pauvre va à l’église, cotise pour enrichir son pasteur qui roule en BMW, parce qu’il veut croire qu’un jour son enfant va s’en sortir, ou que s’ils ne s’en sortiront pas dans cette vie, ce sera dans la prochaine.

En France, tout le Tiers État était dominé par le clergé (allié de la Noblesse) qui lui donnait un peu d’aumône et lui disait que s’il mourrait de faim ce n’était pas grave vu qu’il avait plus de chances d’aller au paradis qu’un riche.

Les religions musulmanes et chrétiennes ont ainsi réussi en Afrique à se substituer à la spiritualité africaine comme religions de l’espérance. A leur donner l’impression qu’elles étaient leurs seules chances d’élévation tandis que leur « religion de fétiches » n’allaient les conduire nulle part.


Fonction 3 : Outil de rassemblement et de cohésion sociale

Un autre vide fonctionnel de la spiritualité africaine est qu’aujourd’hui, avec la destruction des structures traditionnelles causée par le colonialisme européen (ce que l’islam n’avait pas fait en Afrique de l’Ouest, l’islam avait totalement perverti les traditions mais ne les avait pas détruites, ce qui permettait aux structures spirituelles de survivre malgré tout), la spiritualité africaine a perdu sa fonction d’outil de rassemblement et de cohésion sociale ; toute la dimension affective, chaleureuse, liée à l'expressivité religieuse s’en est vu perdue.

Ainsi je demandais à une haïtienne une fois pourquoi elle aimait tant son église protestante. Elle m’a dit que c’était parce qu’en Haïti, celle-ci avait réussi à rassembler les jeunes, à les rendre utiles dans des activités très intéressantes lol. Une autre amie m’a dit un jour qu’étant au Canada sans sa famille, elle était accro à l’église car ça lui permettait d’avoir une vraie vie sociale, et accessoirement une deuxième famille, plus fusionnelle que sa première.


Fonction 4 : Médecine

D’ailleurs c’est cette déstructuration du tissu traditionnel qui est à l’origine, en partie, du fait que les gens préfèrent la médecine occidentale pour sa fiabilité ; cette déstructuration ayant fait naître toutes sortes de charlatans. Alors qu’à l’époque de nos arrières grand parents, ça n’existait pas beaucoup. Bon sans compter le fait que la connaissance des plantes n'est plus aussi généralisée, ainsi que d'autres raisons. Encore une autre fonction que la spiritualité africaine ne remplit donc plus autant qu'avant, celle de soigner les gens.

Un ami congolais voulait inviter ma tante à rencontrer son pasteur en lui disant « il faut que tu le rencontres ! il a guéri un homme du sida au congo ! » Jésus et ses miracles. Toujours… Remarquez que ça ne soigne pas, mais les miracles entretiennent la possibilité que ça puisse soigner. C’est du grand art !


Anti-fonction


En fait la seule fonction sociale que la spiritualité africaine remplit encore aujourd’hui, selon la plupart des gens en Afrique, est celle d’être l’outil favori des individus pour assouvir leurs passions égoïstes : se venger d’une personne, prendre le mari de sa copine, etc. Raison pour laquelle vous entendrez les africains dirent : « ah les blancs utilisent leur science pour fabriquer des ordinateurs, nous utilisons la nôtre pour nous faire du mal. Ah l’Africain n’avancera jamais deh ! ».

Il s’agit donc d’une fonction hautement négative dans la tête des gens. A noter qu’au temps où la spiritualité africaine régissait nos sociétés, cette fonction était l’apanage des sorciers, et c’étaient les prêtres et prêtresses traditionnels qui étaient chargés de lutter contre ces derniers. Or aujourd’hui, avec la disparition des structures spirituelles traditionnelles et le rejet des prêtres et prêtresses, assimilés à des sorciers alors qu’ils en étaient les plus ardents combattants (ironie du sort), les sorciers ont à présent le champ libre pour exploiter et répandre leur fonction comme si la spiritualité africaine se résumait à cela.


Conclusion : Vide fonctionnel et perspectives d'avenir


Ce vide fonctionnel dans lequel se retrouve aujourd’hui la spiritualité africaine doit être réglé si elle veut reprendre sa place dans le cœur des gens. Critiquer les dogmes chrétiens ou musulmans ne sert pas à grand chose, si ce n’est auprès de quelques intellectuels, parce que vous aurez beau critiquer la bible, si vous ne pouvez pas offrir aux gens ce que le christianisme leur offre concrètement, dans leurs vies quotidiennes, c’est peine perdue. La plupart des chrétiens et musulmans que je connais n’ont même pas étudié leurs propres livres, quand vous leur en parlez, ils expliquent leurs limites sans complexe. Donc ce n’est pas ce qui compte. Ça c’est pour les théologues : les pasteurs, les imams.


Pour vraiment imposer la spiritualité africaine, il faut donc à tout prix considérer ses manquements fonctionnels, et les combler à travers des structures adéquates dans nos pays. S’agissant de la médecine traditionnelle, des choses seraient à faire dans ce domaine pour le bien des nôtres, et cela à bas prix voire de manière bénévole. Il en est de même de certains programmes sociaux (prise en charge des plus démunis par exemple) qui pourraient être mis en place par des associations intrinsèquement spirituelles pour que notre héritage ancestral retrouve sa place d’antan dans le cœur de nos peuples.


P.S. : La liste des fonctions est longue et ce texte ne se voulait pas exhaustif.

_________________
"Dén kadi wadi di" : L'enfant est mieux que l'argent

"Dans l’union, l’homme ensemence. Il est comme un génie de l’eau qui fait pleuvoir l’eau fécondante sur la terre et la femme, sur les graines des semailles. Ainsi se trouvent liés l’acte agricole et l’acte conjugal." Ogotemmêli

avatar
Yèrèwolo
Admin

Messages : 297
Date d'inscription : 08/04/2010
Age : 31
Localisation : Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  essy le Ven 7 Jan 2011 - 5:04

AfroKpata SanouYèrèwolo a écrit:

Fonction 1 : Force et Protection

Concernant la spiritualité africaine, vous entendrez souvent des gens dirent « Mais si les fétiches sont vrais, alors pourquoi nous n’avons pas battu les blancs ? ».

C’est parce qu’une des fonctions que la spiritualité africaine remplissait était de protéger le peuple. Donc à partir du moment où les arabes puis les occidentaux sont venus avec leur artillerie lourde et qu’ils nous ont battus, leurs religions ont impressionné le peuple, c’étaient les religions des forts. Comme disent les chrétiens, ils ont « l’éternel des armées ». Donc uniquement cela a invalidé notre spiritualité qui était celle des perdants, or personne ne veut perdre n’est ce pas ?

C’est aussi pour cette raison que dans la société mandingue, le Donsoya (confrérie des chasseurs éminemment spirituelle et défenseuse du Mandén contre les injustices depuis des milliers d’années), dont sont issus tous les grands chefs, dont Soundjata, n’est plus prise au sérieux par certains citadins qui disent qu’ils ne représentent rien à côté des armées nationales.

La spiritualité africaine a perdu sa « Force ».


Je suis tout à fait d'accord avec toi. Mais dans ce cas comment restaurer cette fonction. Comment faire en sorte que nos dieux soient plus forts que les leurs.

Est-ce une question de temps ? C'est-à-dire que la roue tourne et nous finiront par redevenir les premiers ?

essy

Messages : 122
Date d'inscription : 23/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  Yèrèwolo le Dim 9 Jan 2011 - 7:43

Je pense que tout passe par l'armement. Le grand problème de l'Afrique aujourd'hui, au niveau stratégique, c'est qu'elle n'en a pas assez. Résultat : elle est à la merci de tous les puissants de ce monde.
Je vais citer ici ce qu'un ami disait :
"Nous sommes MALHEUREUSEMENT le seul peuple au monde qui parle TROP SOUVENT de paix sans pour autant se doter les moyens de garantir cette fameuse paix. Personnellement je le constate à tous les coups quand je parle aux Africains sur le fait qu'on doit fabriquer des armes les plus cruelles au monde, TOUS deviennent frileux au simple fait d'y penser et on me rétorque sans rire que nous devons privilégier la paix et le dialogue. Tous les pays d'Europe fabriquent chacun de son côté des armes les plus cruelles pour dissuader son voisin de venir jouer trop près. Et comme par hasard, l'Europe est pacifiée aujourd'hui. Que ce soit l'Inde ou la Chine, ils ont priorisé les armes et le développement après. Comme la Chine est armée jusqu'aux dents, elle peut maintenant se concentrer sur le bol de riz des petits chinois. La misère noire était partout en Inde mais devant les réalités du monde, Neru a priorisé la dissuasion militaire et a eu sa bombe atomique. Et aujourd'hui après s'être armé jusqu'aux dents, l'Inde est devenu une pépinière d'ingénieurs et se sort tout doucement de la barbarie et est entrain de civiliser progressivement son territoire."

Maintenant toute la question est de savoir comment obtenir cet armement. Serait-ce par la voie politique classique ou par une autre voie ? La deuxième question consiste à savoir comment la tradition pourra s'approprier la légitimité de cet armement. Je veux dire comment faire pour que cette lutte pour l'armement et l'acquisition effective de cet armement soient indissociables du rétablissement de nos structures traditionnelles.
Un peu comme certaines milices d'Amérique du Sud, comme les Farc, luttent, armés à bloc, avec une idéologie marxiste.
Il faut à tout prix à mon sens que les luttes futures en Afrique soient populistes et le fait d'idéologues traditionalistes pour inverser la tendance.
Bien sûr dis comme ça ça a l'air facile, je me doute bien que ça ne l'est pas dans les faits. D'où un besoin de penser de manière stratégique quand on évoque les solutions possibles à nos problèmes.

_________________
"Dén kadi wadi di" : L'enfant est mieux que l'argent

"Dans l’union, l’homme ensemence. Il est comme un génie de l’eau qui fait pleuvoir l’eau fécondante sur la terre et la femme, sur les graines des semailles. Ainsi se trouvent liés l’acte agricole et l’acte conjugal." Ogotemmêli

avatar
Yèrèwolo
Admin

Messages : 297
Date d'inscription : 08/04/2010
Age : 31
Localisation : Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  Lawe le Mar 10 Mai 2011 - 22:08

AfroKpata Yèrèwolo a écrit:Ce texte est de moi, il a d'abord été publié sur facebook ici

J’aimerais vous parler des raisons profondes qui font que les religions chrétiennes et musulmanes sont devenues aussi importantes en Afrique pour que nous puissions mieux recentrer le débat sur l’implantation de la spiritualité ancestrale. En effet, après avoir observé nos sociétés, j’ai pu tirer un certain nombre de conclusions.

Quelqu’un me disait un jour que la religion ne s’impose pas. En fait, ce n’est pas qu’elle ne s’impose pas, elle peut s’imposer, comme cela a souvent été le cas chez nous, mais pour cela il faut nécessairement qu’elle arrive à remplir certaines fonctions, car toute religion comporte une dimension fonctionnelle essentielle à sa survie. C’est à dire que toute religion remplit certaines fonctions sociales, et c’est à partir du moment où elle ne les remplit plus qu’elle tend à disparaître.


Je m’explique avec quelques exemples :

Fonction 1 : Force et Protection

Fonction 2 : Pauvreté et espérance

Fonction 3 : Outil de rassemblement et de cohésion sociale

Fonction 4 : Médecine

Anti-fonction

Conclusion : Vide fonctionnel et perspectives d'avenir

P.S. : La liste des fonctions est longue et ce texte ne se voulait pas exhaustif.

Tout a FAIT D'ACCORD ! Wink

Lawe

Messages : 85
Date d'inscription : 07/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Et si on reconsiderait la problematique religieuse en afrique ?

Message  obin jb gabriel le Mer 29 Juin 2011 - 1:01

Bonjour tout le Monde,

J avoue que je ne sais par ou commencer;il y a tant a dire sur ce sujet
Oui...!Tant a dire...Mais je peux vous dire une chose,tout ce qui nous
arrive est conforme aux lois de la nature.Nous pouvons continuer d accuser,ceci-cela.ceux-ci.ceux-la....la realite est que c est en chacun de nous que se trouve la solution.Au meme titre que les autres peuples.Eux aussi cherchent leurs reperes...Aujourd hui toute race
confondue,la planete se demande:Est ce que ce plan de developement
humain est sage...?Au regard des fruits que produit ce systeme....?
Il n y a que une sagesse;elle est universelle;peu importe le moyen
d exploitation de cette sagesse;la pedagogie,le masque,le vecteur
bref! la RELIE-GION .La preoccupation n est pas, a mon sens,d ordre
religieux.Repondons a la question qui est l HUMAIN ? Si nous repondons a cette preoccupation,nous avons une base sur laquelle
nous pouvons ensemble,selon le talent inne de chacun,batir une
bonne civilisation qui donnera de bon fruit dans toutes les composantes de la nature y compri notre propre envellope corporelle
Voila le chemin Africain que je propose...!A quoi bon les guerres si
individuellement et collectivement a travers un systeme culturel
l humain pouvait a volonte satisfaire ses besoins?Ceci suscitera
plutot un desir de generosite,de partage...Ceci apaisera le desir
animal de l autre et le rendra receptif aux paroles de sa propre liberation. A bientot


OBIN Jean-Baptiste Gabriel dit Amadougrosbois

obin jb gabriel

Messages : 20
Date d'inscription : 24/06/2011
Age : 55
Localisation : Abidjan Cote d Ivoire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  Lawe le Mar 1 Oct 2013 - 2:29

Pour repondre a Yerewolo, je ne sais pas si nous devons utiliser la meme strategie mais je n'ai pas d'autre strategie a proposee et ni meme si nous en avons la possibilite, mais nous nous devons d'etablir une strategie.
Contrairement a ce que Obin dit je ne pense pas que nous devons donner priorite a l'humanite (nous faisons deja cela a mon sens) mais plutot prioriser notre continent avant de penser a en globaliser les ideaux.

Lawe

Messages : 85
Date d'inscription : 07/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  Yèrèwolo le Mar 1 Oct 2013 - 20:21

Tout à fait d'accord Lawe. Je dirais même qu'il faut une stratégie réaliste.

_________________
"Dén kadi wadi di" : L'enfant est mieux que l'argent

"Dans l’union, l’homme ensemence. Il est comme un génie de l’eau qui fait pleuvoir l’eau fécondante sur la terre et la femme, sur les graines des semailles. Ainsi se trouvent liés l’acte agricole et l’acte conjugal." Ogotemmêli

avatar
Yèrèwolo
Admin

Messages : 297
Date d'inscription : 08/04/2010
Age : 31
Localisation : Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  maahulo le Ven 4 Oct 2013 - 17:13

slt.

moi je dis que marcus garvey avait la solution. c'est a dire que pour les interets du retablissement et de la sauvegarde des rites, cultes, societes initiatiques, et pratiques animistes des noirs (a la rigueur ont peut parler de spiritualite africaine), et en vue de contribuer a l'essort mentale de noirs, il faut instaurer une vision du sacre qui met l'homme et la femme noir au centre. cette vision n'est pas baser sur une utopie. car les noirs ont jouer le plus grand role dans l'emergence des principales religions du monde, tout les travaux serieux sur cette question le prouve. tout ceux qui affirme le contraire ne sont que des ideologues rageux en mal de vivre !!! marcus garvey l'avait fait, resultat: 2 millions de noirs dans son organisation de l'unia, en 1920, a une epoque ou pour les noirs c'etait chaud quand meme ! cela bien entendu dans l'optique de l'union inter-confessionelle. cette entreprise doit etre coupler avec ce dont yerewolo parle, c'est a dire une politique social, incarner par un groupe de pratiquans traditionnalistes (independant s'il vs plait), comme garvet l'avait fait (usine, presse, compagnie maritime, etc). il faut prendre en compte ses deux parametres, sinon c'est MORT !!!! ont avait appeller ca ''l'ethiopianisme'' a l'epoque !

maahulo

Messages : 30
Date d'inscription : 08/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  Yèrèwolo le Ven 4 Oct 2013 - 22:24

Ah je vois Maahulo, mais je pensais que la religion rastafari de Marcus Garvey était basée sur le christianisme avec une envie de rendre la religion chrétienne plus "africaine". Ou non ?

_________________
"Dén kadi wadi di" : L'enfant est mieux que l'argent

"Dans l’union, l’homme ensemence. Il est comme un génie de l’eau qui fait pleuvoir l’eau fécondante sur la terre et la femme, sur les graines des semailles. Ainsi se trouvent liés l’acte agricole et l’acte conjugal." Ogotemmêli

avatar
Yèrèwolo
Admin

Messages : 297
Date d'inscription : 08/04/2010
Age : 31
Localisation : Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  maahulo le Sam 5 Oct 2013 - 20:11

Yèrèwolo a écrit:Ah je vois Maahulo, mais je pensais que la religion rastafari de Marcus Garvey était basée sur le christianisme avec une envie de rendre la religion chrétienne plus "africaine". Ou non ?
oui le rastafarisme c'est chretien, mais ce n'est pas marcus garvey qui en est directement a l'origine.
marcus garvey lui,  comme j'ai expliquer, il prechait une vision spirituelle qui mettait l'homme et la femme noir au centre, mais sans mettre une religion particuliere en avant. il appellait a ''adorer dieu avec les lunettes ethiopienne (noir) et non celle des blancs''. l'ethiopie ici designe l'afrique, et non l'ethiopie qu'ont connaient aujourd'hui en tant que pays distinct. et cela afin federer les noirs autour d'une vision spirituelle commune, quelque soit leurs religions. mais il est vrai que le mouvement ethiopianiste (apparus anterieurment a garvey je precise), etait chretien. officiellement, c'est leonard percival howell qui est le veritable concepteur du rastafarisme.

maahulo

Messages : 30
Date d'inscription : 08/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  Lawe le Mer 23 Oct 2013 - 5:16

La christiannite africaine en premiere lieu a l'air a part de la christiannite europeenne dans sa pratique.

Interressant ce Marcus Garvey mais s'il n'y a pas de religion precise alors n'est pas instable, son idee c'est comme former une societe independante, effectivement il faut tout.

Petit HS: Je sais pas si le mot spiritualite a vraiment sa place, religion me semble approprie car je pense que spiritualite est utilisee pour provoquer un rejet de la normalite, tout autant que le mot animiste. Le boudhisme est bien consideree comme une religion non?

Lawe

Messages : 85
Date d'inscription : 07/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  maahulo le Mar 29 Oct 2013 - 1:28

Lawe a écrit:La christiannite africaine en premiere lieu a l'air a part de la christiannite europeenne dans sa pratique.

Interressant ce Marcus Garvey mais s'il n'y a pas de religion precise alors n'est pas instable, son idee c'est comme former une societe independante, effectivement il faut tout.  

Petit HS: Je sais pas si le mot spiritualite a vraiment sa place, religion me semble approprie car je pense que spiritualite est utilisee pour provoquer rejet de la normalite, tout autant que le mot animiste.  Le boudhisme est bien consideree comme une religion non?
Concernant le mot spiritualite ou religion, je pense que sa depend de qui ont parlent. Le christianisme, l'islam, le bouddhisme, sont des religions ! Il y a un dogme, un canon, une lithurgie, un sacerdoce, un prophete, en gros tout les elements qui peuvent nous permettre d'employer le mot religion ou secte (a pas voir dans le mot ''secte'' un terme forcement pejoratif).

Mais nos traditions sacrees africaines ne sont pas des religions. Il y a pas de dogmes definis, ni de canon, ni de lithurgie, ni de sacerdoce, ni de prophete. Nos traditions sont spirituelles, animistes, elles proposent une relation plus libre avec Dieu et les esprits qui regissent l'univers, et les interdits sont variees selon l'identite mystique d'un individu a l'autre, ou bien d'une tribu a l'autre. C'est de l'animisme (terme qui n'est pas pejoratif pour moi). Et puis nous avons pas forcement de prophete. Nous avons plutot des saints canoniser, des genies tutelaires, des animaux sacrees, des ancetres eponymes, etc. Et puis nos inities sont pas des ''pretres'' devolu a une vie monacale ou a l'imamiya par ex. D'autant plus que chez nous, tout le monde peut etre inities potentiellement, selon la volonte des genies, mais aussi parce que chaque homme possede un double mystique qui lui permet une connexion avec le monde sacree ! Apres je pretend pas me prononcer pour toutes les traditions africaines, attention.

Mais LAWE, tu entend quoi par ''rejet de la normalite'' ?

maahulo

Messages : 30
Date d'inscription : 08/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  Lawe le Lun 11 Nov 2013 - 5:47

Ok, je vois.

Je pars du principe que beaucoup de vocabulaire europeen est utilise pour designer specifiquement des attitudes, coutumes etc chez les africains. Comme ci nous faisions des choses qu'ils n'ont jamais fait mais comme qu'ils ressentent de la haine a notre egard, je pense que le but etait surtout de demontrer que nous n'etions pas simplement anormale (ou animal) mais aussi nous agissions de maniere anormale. C'est la raison pour laquelle je parle de ''rejet de la normalite'':
Tribu/ peuple ou ethnie
spiritualite/ religion
noir/ blanc
traditionelle/ moderne



Lawe

Messages : 85
Date d'inscription : 07/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  maahulo le Jeu 21 Nov 2013 - 9:00

Lawe a écrit:Ok, je vois.

Je pars du principe que beaucoup de vocabulaire europeen est utilise pour designer specifiquement des attitudes, coutumes etc chez les africains.  Comme ci nous faisions des choses qu'ils n'ont jamais fait mais comme qu'ils ressentent de la haine a notre egard, je pense que le but etait surtout de demontrer que nous n'etions pas simplement anormale (ou animal) mais aussi nous agissions de maniere anormale.  C'est la raison pour laquelle je parle de ''rejet de la normalite'':
Tribu/ peuple ou ethnie
spiritualite/ religion
noir/ blanc
traditionelle/ moderne
slt lawe.

pour moi ce vocabulaire nous sommes contraint a l'employer, bon gre mal gre, car nous parlons une langue europeenne (le francais).

Le jour ou nous parlerons nos langues africaines entre nous, ce genre probleme ne sera moindre.

Donc en tant que locuteur du francais que nous sommes actuellement, nous parlons de tribus, peuple, ethie, spiritualite, etc, etc, etc.

Une langue c'est un monde en quelque sorte ! Donc si nous voulons changer de monde et de vision, il nous faut changer de langue (en gros c'est ca).

malheureusement ou heureusement, actuellement si je veux communiquer avec toi je suis obliger d'ecrire francais, c'est comme ca.

maahulo

Messages : 30
Date d'inscription : 08/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  Lawe le Jeu 21 Nov 2013 - 11:17

Pour moi, la langue qu'on utilise ici n'est pas tant le probleme pour certains mots, c'est pas comme ci nous ne pouvions pas exprimer nos ressenties ou bien comme ci par exemple les pays europeens n'ont pas d'ethnie ou de religions animistes ou meme d'elements traditionels.... C'est le choix des mots (quand il existe) que nous utilisons nous-meme pour nous decrire...

Lawe

Messages : 85
Date d'inscription : 07/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  maahulo le Dim 24 Nov 2013 - 11:45

Lawe a écrit:Pour moi, la langue qu'on utilise ici n'est pas tant le probleme pour certains mots, c'est pas comme ci nous ne pouvions pas exprimer nos ressenties ou bien comme ci par exemple les pays europeens n'ont pas d'ethnie ou de religions animistes ou meme d'elements traditionels....  C'est le choix des mots (quand il existe) que nous utilisons nous-meme pour nous decrire...
Mais je ne vois pas ce qu'il y'a de genant quand ont dit ''tribu, ethnie, nation, etc''. Les tribus, etc, existent, qu'ont le veuillent ou non. chez moi ont dit: tout ce qui porte un nom existe ! Tu peux pas nommer une chose, et dire qu'elle n'existent pas. l'un des premiers acte de creation c'est le verbe. Egalement, je sais que ses termes la (tribus, etc) ont subit un truc de connotation genre ''sauvage, etc''. Mais puisque nous sommes locuteurs de la langue francaise pour communiquer, et bien rehabilitons notre connotation propre positive. il faut savoir depasser et sublimer en gros. ont va pas toujours vivre dans le complexe non plus.

maahulo

Messages : 30
Date d'inscription : 08/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  Lawe le Dim 24 Nov 2013 - 12:23

maahulo a écrit:
Mais je ne vois pas ce qu'il y'a de genant quand ont dit ''tribu, ethnie, nation, etc''. Les tribus, etc, existent, qu'ont le veuillent ou non. chez moi ont dit: tout ce qui porte un nom existe ! Tu peux pas nommer une chose, et dire qu'elle n'existent pas. l'un des premiers acte de creation c'est le verbe. Egalement, je sais que ses termes la (tribus, etc) ont subit un truc de connotation genre ''sauvage, etc''. Mais puisque nous sommes locuteurs de la langue francaise pour communiquer, et bien rehabilitons notre connotation propre positive. il faut savoir depasser et sublimer en gros. ont va pas toujours vivre dans le complexe non plus.
J'ai toujours trouve cela curieux que les flammant, corses, tchi et celtes ne soient pas des membres de tribus, du coup je ne pense pas que cela n'existe pas mais que le choix du mot est soit neutre, melioratif ou pejoratif. Les mots peuple, ethnie, nation seraient pour moi les mots a utiliser mais tout cela n'est qu'un point de vue.

Lawe

Messages : 85
Date d'inscription : 07/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  maahulo le Mar 26 Nov 2013 - 7:57

Lawe a écrit:
maahulo a écrit:
Mais je ne vois pas ce qu'il y'a de genant quand ont dit ''tribu, ethnie, nation, etc''. Les tribus, etc, existent, qu'ont le veuillent ou non. chez moi ont dit: tout ce qui porte un nom existe ! Tu peux pas nommer une chose, et dire qu'elle n'existent pas. l'un des premiers acte de creation c'est le verbe. Egalement, je sais que ses termes la (tribus, etc) ont subit un truc de connotation genre ''sauvage, etc''. Mais puisque nous sommes locuteurs de la langue francaise pour communiquer, et bien rehabilitons notre connotation propre positive. il faut savoir depasser et sublimer en gros. ont va pas toujours vivre dans le complexe non plus.
J'ai toujours trouve cela curieux que les flammant, corses, tchi et celtes ne soient pas des membres de tribus, du coup je ne pense pas que cela n'existe pas mais que le choix du mot est soit neutre, melioratif ou pejoratif.  Les mots peuple, ethnie, nation seraient pour moi les mots a utiliser mais tout cela n'est qu'un point de vue.
justement tu parle de ''neutre, melioratif, pejoratif'', et bien usons de dignite, et parlons la langue de moliere avec laquelle nous communiquons dans l'optique ''melioratif''. arretons de faire les victime quoi. Assumons nos tribus a sa juste mesure (sans faire du tribalisme, lol). tu as citer les corses, etc. mais ses gens la sont tres fiere de ce qu'ils sont. Et c'est une bonne chose, car a cette heure ci ou la mondialisation veut noyer tout le monde dans une identite americaine anglo saxon machin, la meilleur facon de contrer ca, d'etre fiere de nos identites. les differentes entites humaines ne sont pas la pour rien. ce ne sont pas des erreurs. un jour j'ai entendu: c'est magnifique un bouquet de fleur avec pleins de couleurs differentes, de parfums, saveurs, etc, a l'image de la beaute de diversite humaine, et jamais il faut que cela cesse.

maahulo

Messages : 30
Date d'inscription : 08/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  Yèrèwolo le Mer 27 Nov 2013 - 17:00

maahulo a écrit:
Yèrèwolo a écrit:Ah je vois Maahulo, mais je pensais que la religion rastafari de Marcus Garvey était basée sur le christianisme avec une envie de rendre la religion chrétienne plus "africaine". Ou non ?
oui le rastafarisme c'est chretien, mais ce n'est pas marcus garvey qui en est directement a l'origine.
marcus garvey lui,  comme j'ai expliquer, il prechait une vision spirituelle qui mettait l'homme et la femme noir au centre, mais sans mettre une religion particuliere en avant. il appellait a ''adorer dieu avec les lunettes ethiopienne (noir) et non celle des blancs''. l'ethiopie ici designe l'afrique, et non l'ethiopie qu'ont connaient aujourd'hui en tant que pays distinct. et cela afin federer les noirs autour d'une vision spirituelle commune, quelque soit leurs religions. mais il est vrai que le mouvement ethiopianiste (apparus anterieurment a garvey je precise), etait chretien. officiellement, c'est leonard percival howell qui est le veritable concepteur du rastafarisme.
Merci pour ta réponse Maahulo ! Je comprends mieux, c’est intéressant même si ça me paraît un peu vague comme positionnement de sa part. Mais l’intention était bonne et étant descendant d’africains déportés, il ne pouvait pas forcémment bien connaître nos rites africains traditionnels.

_________________
"Dén kadi wadi di" : L'enfant est mieux que l'argent

"Dans l’union, l’homme ensemence. Il est comme un génie de l’eau qui fait pleuvoir l’eau fécondante sur la terre et la femme, sur les graines des semailles. Ainsi se trouvent liés l’acte agricole et l’acte conjugal." Ogotemmêli

avatar
Yèrèwolo
Admin

Messages : 297
Date d'inscription : 08/04/2010
Age : 31
Localisation : Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  Yèrèwolo le Mer 27 Nov 2013 - 17:04

maahulo a écrit:
Lawe a écrit:
maahulo a écrit:
Mais je ne vois pas ce qu'il y'a de genant quand ont dit ''tribu, ethnie, nation, etc''. Les tribus, etc, existent, qu'ont le veuillent ou non. chez moi ont dit: tout ce qui porte un nom existe ! Tu peux pas nommer une chose, et dire qu'elle n'existent pas. l'un des premiers acte de creation c'est le verbe. Egalement, je sais que ses termes la (tribus, etc) ont subit un truc de connotation genre ''sauvage, etc''. Mais puisque nous sommes locuteurs de la langue francaise pour communiquer, et bien rehabilitons notre connotation propre positive. il faut savoir depasser et sublimer en gros. ont va pas toujours vivre dans le complexe non plus.
J'ai toujours trouve cela curieux que les flammant, corses, tchi et celtes ne soient pas des membres de tribus, du coup je ne pense pas que cela n'existe pas mais que le choix du mot est soit neutre, melioratif ou pejoratif.  Les mots peuple, ethnie, nation seraient pour moi les mots a utiliser mais tout cela n'est qu'un point de vue.
justement tu parle de ''neutre, melioratif, pejoratif'', et bien usons de dignite, et parlons la langue de moliere avec laquelle nous communiquons dans l'optique ''melioratif''. arretons de faire les victime quoi. Assumons nos tribus a sa juste mesure (sans faire du tribalisme, lol). tu as citer les corses, etc. mais ses gens la sont tres fiere de ce qu'ils sont. Et c'est une bonne chose, car a cette heure ci ou la mondialisation veut noyer tout le monde dans une identite americaine anglo saxon machin, la meilleur facon de contrer ca, d'etre fiere de nos identites. les differentes entites humaines ne sont pas la pour rien. ce ne sont pas des erreurs. un jour j'ai entendu: c'est magnifique un bouquet de fleur avec pleins de couleurs differentes, de parfums, saveurs, etc, a l'image de la beaute de diversite humaine, et jamais il faut que cela cesse.

Ah oui je suis parfaitement d’accord ! C’est comme le mot nègre, certains trouvent ça très dévalorisant (et je les comprends), et d’autres comme les écrivains de la négritude se sont appropriés le mot. Donc tout dépend de soi.

_________________
"Dén kadi wadi di" : L'enfant est mieux que l'argent

"Dans l’union, l’homme ensemence. Il est comme un génie de l’eau qui fait pleuvoir l’eau fécondante sur la terre et la femme, sur les graines des semailles. Ainsi se trouvent liés l’acte agricole et l’acte conjugal." Ogotemmêli

avatar
Yèrèwolo
Admin

Messages : 297
Date d'inscription : 08/04/2010
Age : 31
Localisation : Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on reconsidérait la problématique religieuse en Afrique ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum